L’incidence des cancers chez les enfants augmente

L’incidence globale des cancers infantiles en Europe a augmenté de 1,1% par an en moyenne, révèle une nouvelle étude. Les chercheurs ont constaté que de 1978 à 1997, l’incidence normalisée selon l’âge est passée de 120 cas par million d’enfants à 141 (European Journal of Cancer

2006: 42; 1961-1 [PubMed]) Bien que la hausse puisse être en partie le résultat de changements dans le diagnostic et l’enregistrement des cas, les auteurs disent que la taille de l’augmentation et d’autres facteurs indiquent d’autres causes. “ de ces augmentations suggèrent que d’autres facteurs, par exemple, les changements dans le mode de vie et dans l’exposition à une variété d’agents, ont contribué à l’augmentation du cancer infantile dans les dernières décennies, ” écrivent les auteurs, de l’Université de Mayence, du Centre international de recherche sur le cancer et d’autres centres. Les chercheurs ont utilisé les données du projet de système d’information automatisé sur le cancer infantile pour étudier les tendances de l’incidence du cancer chez les enfants de 1978 à 1997. Les données proviennent de 33 registres du cancer dans 15 pays européens et concernent près de 80 000 cas. Leurs résultats montrent que sur une période de 20 ans, l’incidence a augmenté en moyenne de 1,1% par an et que chaque incidence sur cinq ans dans le précédent. La tendance a été observée dans toutes les zones géographiques et dans la plupart des groupes de maladies, allant d’une augmentation moyenne de 1,8% par an pour les sarcomes des tissus mous à 0,6% pour les leucémies. Les auteurs soulignent que l’augmentation moyenne était plus grande chez les filles que chez les garçons, bien que l’incidence du cancer de référence était plus élevée chez les garçons. Les auteurs disent qu’il y a probablement beaucoup de les facteurs de risque qui ne sont pas bien compris. Les possibilités comprennent une mobilité accrue; changer l’exposition à une variété d’agents artificiels et naturels; les changements de style de vie; régime maternel; et les antécédents reproductifs, la grossesse et les facteurs périnataux. “ Des changements dans les facteurs génétiques ne peuvent être exclus, en raison de l’amélioration des soins médicaux, qui permettent aux personnes touchées d’atteindre l’âge reproductif et de transférer leur prédisposition à certains cancers, ” Les auteurs ont écrit.