Les décès par cancer du poumon chez les femmes pourraient dépasser le cancer du sein en 2015

The Mail Online déclare: «Les taux de décès par cancer du poumon parmi les femmes européennes devraient dépasser le cancer du sein pour la première fois cette année», ajoutant que «les chercheurs accusent les niveaux élevés de tabagisme, surtout en Grande-Bretagne et en Pologne» http://sildenafilca.org.

L’étude a utilisé des informations historiques sur les décès par cancer (1970 à 2009) pour l’UE, afin de prédire le nombre de décès en 2015. Elle l’a également fait pour certains pays, y compris le Royaume-Uni.

Les résultats globaux de l’étude étaient sans doute positifs. Les taux de mortalité par cancer dans l’UE ont diminué dans la plupart des cancers et devraient continuer à baisser en 2015. Cependant, cela masquait des tendances moins positives dans certains types de cancer, des pays spécifiques et des différences entre les hommes et les femmes.

Ce qui a frappé les manchettes était la prédiction que les décès par cancer du poumon chez les femmes augmenteront. Le taux de mortalité par cancer du poumon serait le plus élevé de tous les types de cancer pour les femmes, dépassant celui du cancer du sein pour la première fois.

L’étude n’a pas étudié les raisons de la tendance de la mortalité par cancer du poumon, mais a déclaré que le tabagisme était le coupable probable. Les femmes qui ont pris l’habitude dans le passé ont probablement atteint l’âge où les effets cumulatifs de la fumée de tabac signifieront qu’environ la moitié d’entre elles seront tuées par leur habitude.

Arrêter de fumer est probablement la chose la plus importante que vous puissiez faire pour améliorer votre santé et beaucoup de gens ne trouvent pas cela si difficile. Lisez nos conseils pour arrêter de fumer.

D’où vient l’histoire?

L’étude a été réalisée par des chercheurs d’universités italiennes et suisses et financée par la Ligue suisse contre le cancer, la Fondation suisse pour la recherche contre le cancer, l’Association italienne pour la recherche sur le cancer et COST Action EU-Pancreas.

L’étude a été publiée dans la revue médicale à comité de lecture Annals of Oncology. L’étude est gratuite à voir et à télécharger en ligne.

La couverture médiatique était généralement équilibrée et comprenait des informations utiles sur les explications possibles des taux élevés de tabagisme chez les femmes britanniques.

Selon le professeur Carlo La Vecchia, chercheur principal, « les femmes britanniques ont commencé à fumer pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que dans la plupart des autres pays de l’UE, les femmes ont commencé à fumer après 1968. Il est inquiétant de constater que les taux de cancer ne diminuent pas au Royaume-Uni, mais cela reflète probablement le fait qu’il y avait une augmentation supplémentaire de la prévalence du tabagisme au Royaume-Uni et dans la génération post-1968 – ceux nés après 1950 « .

De quel type de recherche s’aggissait-t-il?

La recherche était une étude écologique estimant le nombre de cas de cancer en Europe pour 2015, basé sur les tendances passées.

Les auteurs du rapport ont voulu mettre à jour les prédictions antérieures pour l’UE faites en 2012 et explorer plus en profondeur le cancer de la prostate, la troisième cause de décès par cancer chez les hommes dans l’UE.

Une étude écologique est bonne pour estimer ce qui se passe à un niveau géographique étendu à de grands groupes de personnes. L’inconvénient est qu’il ne peut pas nous dire ce qui arrivera à une personne. Nous pourrions dire que plus de femmes au Royaume-Uni vont probablement mourir d’un cancer du poumon en 2015 qu’en 2009, mais nous ne pouvons pas dire, sur la base de ce type d’étude, qui le fera.

Qu’est-ce que la recherche implique?

Les chercheurs ont alimenté un modèle statistique avec des séries de données historiques sur l’estomac, le colorectal, le pancréas, le poumon, le sein, l’utérus, la prostate, les cancers des globules blancs et les cancers totaux à travers l’UE. Le modèle a estimé les taux de cancer en 2015, en se basant sur les tendances précédentes.

Les estimations des taux de mortalité par groupe d’âge et par sexe ont été calculées pour l’ensemble de l’UE et individuellement pour les pays les plus peuplés de France, Allemagne, Italie, Pologne, Espagne et Royaume-Uni.

Les données pour l’ensemble de l’UE couvraient une période allant de 1970 à 2009. Les données spécifiques au Royaume-Uni étaient à jour en 2010.

Des données ont été obtenues auprès de l’Organisation mondiale de la santé et d’Eurostat – deux sources publiques de statistiques européennes. Ces sources s’appuient sur les données officielles des certificats de décès, ainsi que sur les estimations au niveau de la population.

Quels ont été les résultats de base?

Dans l’ensemble, les taux de cancer ont diminué dans l’UE et au Royaume-Uni depuis les années 1970 et cette tendance devrait se maintenir dans l’ensemble. Cependant, cela masque un certain nombre de tendances croissantes pour des types spécifiques de cancer, et les différences entre les hommes et les femmes.

Décès globaux prédits de cancer dans l’UE pour 2015

Plus d’un million de décès par cancer étaient prévus dans l’UE en 2015 (766 200 hommes et 592 900 femmes), ce qui correspond à des taux de mortalité standardisés de 138,4 pour 100 000 hommes et de 83,9 pour 100 000 femmes. Si l’on compare les données de 2009 à celles de 2015, le nombre total de cancers devrait diminuer de 7,5% chez les hommes et de 6% chez les femmes.

Le cancer du pancréas a eu des perspectives négatives chez les deux sexes, augmentant de 4% chez les hommes et de 5% chez les femmes entre 2009 et 2015.

Décès prédits de cancer féminin dans l’UE pour 2015

Chez les femmes, les cancers du sein et colorectal ont connu une tendance à la baisse favorable (-10% et -8%), mais les taux prédits de cancer du poumon augmenteraient de 9% à 14,24 décès pour 100 000 femmes, devenant le cancer le plus peut-être dépasser, le taux de cancer du sein.

Le nombre total de décès prévus pour 2015 reste plus élevé pour le sein (90 800) que pour le poumon (87 500).

Décès prédits de cancer masculin dans l’UE pour 2015

Chez les hommes, les taux prédits pour les trois principaux cancers en 2015 étaient inférieurs à ceux de 2009, avec une diminution de la prostate de 12%, du cancer du poumon de 9% et du cancer colorectal de 5%.

Le cancer de la prostate a montré des chutes estimées de 14%, 17% et 9% chez les groupes d’âge de 35 à 64 ans, de 65 à 74 ans et de plus de 75 ans.

Comment les chercheurs ont-ils interprété les résultats?

Les conclusions générales des chercheurs sont les suivantes: «Les prévisions de mortalité par cancer pour 2015 confirment la tendance globale favorable de la mortalité par cancer dans l’UE, qui se traduit par une baisse globale de 26% chez les hommes depuis 1988 et de 21% chez les femmes. de plus de 325 000 décès en 2015, par rapport au taux de pointe « .

Conclusion

Cette étude écologique a utilisé des informations historiques sur les décès par cancer dans la région de l’UE (1970 à 2009) pour prédire le nombre de décès en 2015.

Les nouvelles globales étaient positives: les taux de mortalité par cancer dans l’UE ont diminué dans la plupart des cancers et devraient continuer à baisser en 2015. Cependant, cela masquait d’autres tendances moins positives dans certains types de cancer, certains pays et des différences entre hommes et femmes.

Les prédictions qui ont fait les manchettes étaient que les décès par cancer du poumon chez les femmes vont augmenter. De plus, les taux (nombre de décès pour 100 000 femmes) seraient les plus élevés de tous les types de cancer pour les femmes, faisant tomber le cancer du sein au premier rang pour la première fois.

L’étude n’a pas étudié les causes potentielles de la mort du cancer du poumon augmente directement, mais le coupable probable est le tabagisme, qui est l’un des plus grands facteurs de risque de développer un cancer du poumon. Les femmes qui ont pris l’habitude dans le passé atteignent maintenant l’âge où les effets cumulatifs assurent qu’environ la moitié d’entre elles seront tuées par leur habitude.

Comme avec toutes les études écologiques, ces résultats ne peuvent pas prédire les variations locales des taux de cancer ou si des individus spécifiques auront un cancer. Par exemple, il peut y avoir certaines régions au Royaume-Uni où les taux de cancer du poumon des femmes sont en baisse, contrairement à la tendance de l’UE ou du Royaume-Uni, alors que dans d’autres, ils pourraient augmenter plus rapidement que prévu. Des données plus ciblées nous aideront à cibler les ressources en santé publique sur les régions qui en ont le plus besoin.

Cesser de fumer est probablement la chose la plus importante que vous pouvez faire pour améliorer votre santé, et beaucoup de gens ne trouvent pas cela si difficile. Il y a un certain nombre d’aides prouvées pour augmenter la chance de vous battre l’habitude.