Les consommateurs ne sont pas intéressés par la déréglementation: Guilde

Les consommateurs de soins de santé australiens ne demandent pas que la propriété de la pharmacie soit ouverte au duopole du supermarché, estime la Guilde des pharmaciens d’Australie.

Le commentaire fait suite à la publication de l’examen de la politique de concurrence hier, et sa recommandation pour la propriété de la pharmacie et les règles de localisation à abandonner.

Le rapport affirme que ces règlements « limitent la capacité des consommateurs à choisir où obtenir des services de pharmacie et la capacité des fournisseurs à répondre aux demandes des consommateurs ».

Cependant, les consommateurs ne « marchaient » pas pour exiger que la propriété de la pharmacie soit ouverte aux supermarchés, a déclaré un porte-parole de la Guilde enzyme.

En effet, la recherche de la Guilde indique qu’environ 89% des consommateurs font très confiance à leur pharmacien local ou que celui-ci est entièrement satisfait et 64% soutiennent le principe selon lequel les professionnels de la santé devraient être propriétaires de l’entreprise dans laquelle ils travaillent.

Une alliance de trois groupes de consommateurs a toutefois accueilli favorablement le rapport.

Le Forum sur la santé des consommateurs, Cancer Voices Australia et la Chronic Illness Alliance ont déclaré: « Nous nous félicitons de la recommandation du Rapport sur la politique de concurrence selon laquelle la suppression de ces mesures obsolètes pour protéger les pharmaciens contre la concurrence est dans l’intérêt à long terme des consommateurs.

Le groupe s’est également félicité de la déclaration du rapport selon laquelle les prochaines négociations sur l’6CPA « fourniraient l’occasion d’introduire des dispositions transitoires pour supprimer les règles de localisation des pharmacies ».

En fait, les groupes de consommateurs vont plus loin, exhortant le gouvernement à prolonger la durée de l’accord actuel jusqu’au 30 juin 2017.

« Cela donnerait deux ans pour que les arrangements de transition permettent un suivi inclusif, transparent et responsable de l’accord actuel et une consultation approfondie sur l’élaboration du prochain accord ».