Le Canada fait face à une pénurie d’infirmières

Le Canada est aux prises avec une grave pénurie d’infirmières autorisées pire dans les années à venir. L’étude nationale la plus complète, publiée par l’Association des infirmières et infirmiers du Canada, prévoit une pénurie de 59 000 à 113 000 personnes au Canada (sauf au Québec) d’ici 2011. Le Québec, qui compte une infirmière distincte de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada, prévoit 11 000 infirmières de 2001 à 2015. L’étude de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada reposait sur des chiffres jusqu’en 1997 et ses prédictions sont maintenant jugées conservatrices.Les chiffres les plus récents (1998) publiés par l’Institut canadien d’information sur la santé (national, pas pour organisation des bénéfices), l’Association des infirmières et infirmiers du Canada et Statistique Canada (un organisme du gouvernement fédéral) montrent que la main-d’œuvre infirmière du pays vieillit et que le nombre de personnes qui y entrent (en particulier les jeunes) continue de baisser.Sur les 227651 infirmières en soins infirmiers en 1998, 57966 étaient âgés de plus de 50 ans par rapport à 48838 en 1993, un 19 % augmenter. Au cours de la même période, les moins de 29 ans ont diminué de 32 % (de 33429 à 22778). Les infirmières de plus de 50 ans représentent maintenant 25 % des personnes occupées, alors que les moins de 29 ans ne représentent que 10 % Le nombre d’infirmières employées a continué de diminuer de 3 % de 1993 à 1998; 48 % de ceux-ci ont travaillé seulement à temps partiel en 1998, en hausse de 39 % en 1993. Les niveaux de chômage et de sous-emploi des infirmières sont devenus plus prononcés ces dernières années. Entre 1993 et ​​1998, toutes les provinces canadiennes, à l’exception de Terre-Neuve, ont vu diminuer le nombre d’infirmières autorisées travaillant pour 100 000 personnes. En 1998, il y avait une infirmière pour 133 personnes. Leur lieu de travail a également changé au fil du temps. En 1998, 62 % d’infirmières autorisées travaillaient dans les hôpitaux, en baisse de 67 % en 1993. Au cours de la même période, le pourcentage d’infirmières travaillant dans le domaine de la santé communautaire et des soins à domicile est passé de 9 % À 12More, les infirmières canadiennes quittent la profession, et moins d’entre elles y voient une option de carrière viable. Parmi les diplômés en soins infirmiers du Canada en 1990, 20 % avait quitté la profession cinq ans plus tard, et près de 10 % de diplômés en soins infirmiers ont émigré aux États-Unis entre 1995 et 1997, principalement pour trouver du travail. Près d’un répondant sur trois a déclaré que, compte tenu de l’occasion, il ne choisirait plus de faire carrière dans le domaine des soins infirmiers. La population infirmière du Québec vieillit également: l’Association des infirmières et infirmiers du Québec a déclaré que 39 capillaire. envisage de recruter 100 personnes en France lors de la conférence de mai à Paris ….