La NDS soutient l’examen de l’ordonnancement de l’antidouleur

Selon un nouveau cadre de la Stratégie nationale antidrogue (PDN), l’utilisation abusive d’opioïdes et de benzodiazépines en Australie pourrait nécessiter un examen de la programmation actuelle de ces médicaments.

Le cadre indiquait que la réforme de l’ordonnancement des médicaments et des poisons de 2010 prévoyait que le secrétaire du ministère de la Santé et du Vieillissement prendrait des décisions concernant l’établissement du calendrier en temps opportun, lorsqu’il y a un risque pour la santé humaine.

La réforme de 2010 sera également le «mécanisme approprié» pour examiner la programmation actuelle de ces médicaments, a indiqué le cadre.

Les préoccupations relatives à l’ordonnancement des opioïdes et des benzodiazépines comprennent des exigences et des systèmes de réglementation différents, qui ne saisissent pas nécessairement l’information sur tous les médicaments pertinents.

Le cadre a noté que la surveillance de certaines benzodiazépines variait selon que le PBS contribuait à leur coût. La vente de médicaments en vente libre contenant de la codéine n’est pas surveillée du tout.

L’application de la loi pose également un problème, car les infractions liées aux drogues pharmaceutiques varient souvent d’une juridiction à l’autre et entraînent moins de sanctions que celles qui s’appliquent aux infractions liées aux drogues illicites.

Le cadre stipule qu’il peut être difficile pour la police de prendre des mesures contre des individus qui «prétendent avoir une raison légitime d’être en possession de médicaments, lorsqu’ils sont réellement impliqués dans la traite».

Il a également été noté que la taille importante de certains médicaments ne reflète pas nécessairement leur utilisation prévue à court terme et pourrait potentiellement conduire au développement de la tolérance et de la dépendance.