Interactions médicamenteuses linézolines et sérotoninergiques

À l’éditeur – Dans un récent article publié dans le numéro de juillet de Clinical Infectious Diseases intitulé «Linézolides et interactions médicamenteuses sérotoninergiques: une étude rétrospective», les auteurs ont utilisé des ensembles de critères pour identifier les patients présentant des signes et symptômes du syndrome sérotoninergique. Le premier de ces critères a été correctement identifié comme étant le critère de Sternbach pour le syndrome sérotoninergique. Le deuxième ensemble de critères a toutefois été étiqueté de façon inappropriée comme critère de Boyer maladie d’alzheimer. Bien que Boyer et al aient décrit et préconisé l’utilisation de ces critères, ils , développé à l’origine à la suite d’une étude menée par Dunkley et al sur des patients admis au service de toxicologie de Hunter après un surdosage d’un médicament sérotoninergique. Ces critères ont permis de développer les critères de toxicité de la sérotonine de Hunter. être plus simple, plus sensible et plus spécifique que les critères de Sternbach pour identifier les patients présentant une toxicité cliniquement significative à la sérotonine. Si cela ne change rien aux conclusions de l’étude rétrospective de Taylor et al , les auteurs trouvent qu’il est important et approprié de reconnaître formellement le travail de Dunkley et al Les auteurs s’excusent de cette erreur, et tiennent à remercier Dr P Ken Gillman pour son aide dans ce dossier

Remerciements

Conflits d’intérêts potentiels LLE a donné des conférences développées indépendamment et sponsorisées par Pfizer Tous les autres auteurs: no conflicts