Hyperplasie bénigne de la prostate.Partie 2 — Prise en charge

Points récapitulatifs Le traitement doit améliorer les patients ’ symptômes et réduire la progression et le besoin de chirurgie tout en minimisant les méfaits et les coûts La gestion comprend l’observation, la modification du mode de vie, le traitement médicamenteux, la chirurgie mini-invasive et l’ablation chirurgicale du tissu prostatique α les inhibiteurs sont le médicament le plus efficace pour améliorer les symptômes du tractus urinaire inférieur et la qualité de vie à court terme. Le traitement combiné (inhibiteurs de la réductase) réduit la progression de l’hypertrophie bénigne de la prostate et nécessite une intervention chirurgicale si les symptômes sont modérés ou sévère et les glandes de la prostate grandes, si pris pendant plus d’un an; Les inhibiteurs de la réductase peuvent réduire le risque de cancer de la prostate mais peuvent augmenter le risque de maladie de haut grade La résection transurétrale de la prostate entraîne la plus grande amélioration des symptômes et du débit, mais les effets indésirables comprennent le risque de chirurgie. la chirurgie peut fournir des avantages comparables à la résection transurétrale de la prostate, avec moins d’effets indésirables graves. L’intervention répétée à court terme et les taux de rétention urinaire sont plus élevés qu’avec la résection transurétrale de la prostate. L’effet à long terme n’est pas clair La prise en charge de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) vise principalement à améliorer les symptômes gênants du tractus urinaire inférieur. La grande majorité des hommes présentant ces symptômes se présentent d’abord aux soins primaires pour obtenir des informations sur les risques et les avantages des traitements disponibles. Peu d’hommes ont besoin d’une référence urgente à un spécialiste pour des tests diagnostiques ou une prise en charge supplémentaires. Cet article fournit des preuves pour guider les médecins de soins primaires dans le traitement des hommes présentant des symptômes du bas appareil urinaire, en mettant l’accent sur l’HBP. Seyed Abdolmajid Rooholamini